En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 

Vous êtes ici :   Accueil » Le refuge du Monal.
 

Randos Rhône Alpes

Randos raquettes

Départements voisins

Découvertes régionales

Escapades

Patrimoine

Gastronomie

 

Le refuge du Monal.

monal.jpgUne discipline quasi militaire !.

Il s’agit d’un chalet d’alpage familial qui date du 16 e siècle, assez bien conservé je dirais. Il se trouve niché dans un belvédère au sud est de Ste Foy Tarentaise à l’adret de l’Isère et sur les contreforts de la Grande Sassière, un glacier bien connu dans la région par les randonneurs et autres alpinistes.

Accoudé à la petite chapelle St Clair, ce refuge nous offre un environnement prestigieux car de son emplacement il fait face à l’imposant Mont Pourri et ses 3779 m et le Dôme de Sache.


Rien que déjà le cadre général mérite d’être découvert. D’ailleurs, ce lieu respire la tranquillité. Contigüe à la frontière italienne qui est toute proche et au Parc National Italien du Grand Paradis, il est inclus dans la zone périphérique du Parc National de la Vanoise.

Ce hameau du Monal est devenu le premier site classé de Savoie depuis plus de 25 ans. Il n’y a que quelques habitants. On peut y découvrir une petite chapelle assez jolie ou bien encore une vendeuse de fromages régionaux.

Si vous souhaitez vivre pratiquement de nature et d’eau fraîche et surtout dans le respect de l’environnement, on peut dire que ce lieu devrait être fait pour vous !. Vous découvrirez au refuge du Monal l’ambiance atypique de la vie d’alpage, vraiment loin de la modernité, sans internet( encore moins la téléphonie mobile !), et sans électricité.
Il n'y a donc pas non plus de réfrigérateur, de lave-vaisselle, ni de congélateur ou de panneaux solaires.

Ce refuge va donc vous offrir un véritable retour aux sources avec de l’authenticité au cœur il faut le reconnaitre d’un site exceptionnel. Si vous êtes prêt à abandonner ne serait-ce que pour une nuit votre confort de citadin vous ne serez pas dépaysé par les lieux.

Au départ, avant de réserver nous savions ce qu’il nous attendait mais peut-être pas tout à fait à ce point !. Le paysage et le charme de ce hameau ne font pas tout. Le refuge est ouvert de juin à septembre ; il faut dire que le restant de l’année, la neige est souvent bien présente et les randonneurs attendent les beaux jours pour passer par là.

C’est là que nous rentrons dans la rigueur militaire du patron et de sa compagne. Je dirais surtout lui avec un règlement à faire fuir les clients ( je vous le résume plus loin) s’il n’y avait pas que ce lieu pour passer la nuit dans ce hameau à moins de coucher à la belle étoile.

On commence par l’accueil qui se fait de 17h30 à 8h30 le lendemain. Autrement dit il ne vous faudra pas arriver trop tôt de votre randonnée ; d’autant qu’il faudra aussi patienter pour goûter à une bonne douche. On y reviendra plus loin.

Accueil un peu froid

Cet accueil est un peu froid, je dirais un peu sec comme si le patron se méfiait des personnes qu’il recevait. Le refuge est fermé tous les matins pour permettre l’entretien des lieux et le ménage ainsi que la confection des pâtisseries maison et le ravitaillement en pain frais dans la vallée toute proche où un route dessert Tignes notamment.

Il faut compter désormais pour 2020, une demi-pension à 60 euros par adulte pour la nuitée et la demi-pension (contre 55 euros en 2015), 40 euros par enfant jusqu’à l’âge de 10 ans et 50 euros si vous êtes guide ou accompagnateur ; ce dernier cas est nouveau car nos deux cadres ont payé la même chose que nous.

En dehors de ces horaires ci-dessus, le tarif passera en pension complète pour tous soit 75 euros par personne !. Vous voyez le genre !. Vous êtes donc prévenus !. En tout cas, on ne voulait pas s’attendrir à faire la causette et à 8 h le lendemain tout le monde était déjà prêt à filer ! .

monal2.jpg

Le tarif comprend le repas du soir qui est annoncé typiquement savoyard, servi à 19 h précises attention ! en terrasse devant si possible un joli coucher de soleil face aux glaciers.
A noter que l’on demande non seulement d’être ponctuel mais aussi de participer au dressage des tables ; il manquerait plus que l’on soit aussi obligé de faire la vaisselle !.

Plus sérieusement, il faut savoir que parfois ce genre de choses est demandé dans les refuges, surtout pour débarrasser et les gens se prêtent de bon cœur pour donner un léger coup de main. Bon, passons sur ce détail.

La cuisine ici est du fait maison avec des produits frais, issus du terroir ou bien de l’agriculture biologique. Les propriétaires possèdent d’ailleurs un petit potager près du refuge.

Il est possible de commander un pique-nique pour le lendemain. Pour cela on prévient lors de la réservation. Le refuge fait en plus de la demi-pension bar et restauration à partir de 12h-12h30 si vous êtes de passage au Monal.
Il y aura donc café, boissons, sandwichs, assiette savoyarde ou bien encore tartes maison.

La réservation est recommandée la veille ou le matin même pour les assiettes savoyardes du midi au 0607382469 ( pas de service d’assiette après 14h30-15h ; uniquement des sandwichs en fonction du stock de pain du jour).

Comptez 10 euros pour une assiette savoyarde faite à base de jambon de Savoie, de saucisson nature,fumé, au poivre, aux herbes et grelots aux noix accompagnée de Beaufort, Tomme de Savoie, chèvre. Pour un supplément couvert, il vous sera demandé 1,50 euros de plus.

Les autres tarifs des casse-croûtes qui depuis notre passage ont dû augmenter :


- Sandwich jambon, Beaufort et beurre (5 euros), fromage blanc et sucre (3 euros), fromage blanc myrtilles (4 euros), tarte maison du jour (6 euros), fruit comme pomme, banane, orange (1 euro l'unité), barre chocolatée du type Lion ou Mars (1,50 euro).

monal3.jpg

Les boissons


- Pastis (3 euros), kir au verre de 21 cl (4 euros), vins de Savoie vendus au pichet avec provenance directe de la cave des vins fins de Cruet avec conservation en tonneau ( le litre : 14 euros; le 1/2 litre 7 euros; le verre de 21 cl 3,50 euros); le Génépi (5 euros le verre de 4 cl), la grolle ( café valdotain : café+ écorces de fruits + eau de vie, minimum pour 6 personnes : 12 euros; les alcools ne sont servis uniquement avec les repas, règlementation oblige); Orangina, Perrier, Ice Tea, Panaché, Coca, Coca zéro (2,70 euros les 33 cl); jus de fruit à base d'orange, de pomme ou de raisin (2,70 euros); eau minérale (2,50 euros la 50 cl); supplément lait, crème, sirop 0,30 euro; expresso fait au percolateur à gaz (2 euros); thé, infusion, grand café, café rallongé (3 euros); cappuccino, chocolat au lait ou grog (4 euros); vin chaud au Gamay de Savoie ( écorces d'orange, citron, cannelle : 4,50 euros);taxe chauffe ( bain-marie biberon : 2 euros; thermo 3 euros); taxe de bouchon 5 euros.

A noter que le refuge n’accepte pas les règlements par carte bleue comme c’est souvent le cas et que les sanitaires sont réservés aux personnes en nuitée demi-pension ( à lire plus loin sur ce sujet !), ce qui peut se comprendre même si vous verrez plus loin qu’elles sont loin d’être un luxe..

Les lieux intérieurs du refuge sont pur jus, dans une tradition bien rustique mais ils sont aussi assez sombres. L’accueil et le bar se trouvent à droite à l’entrée. On peut laisser nos bâtons et chaussures de rando au fond à l’intérieur.

Le refuge dispose d’un coin cheminée, de quelques livres sur la région et de quelques jeux avec une grande table en bois. Pensez à votre lampe frontale car je rappelle qu’ il n’y a pas d’électricité dans le refuge comme je l’ai mentionné plus haut.

Le dortoir est accessible après avoir grimpé à un escalier tout en bois assez étroit qui à son sommet possède une petite porte.Au préalable, vous déposerez vos chaussures. On peut vous prêter des sabots. Pour le couchage, vous disposerez d’ oreillers, et de couvertures. On dort à même le sol sur les matelas. Bien penser à vous munir d’un sac à viande ou drap sac pour l’hygiène. C’est recommandé dans la plupart des refuges de ce genre.

Le dortoir comprend deux grands lits pour ceux et celles qui sont en couple, mais dommage que ce ne soit fermé que par de simples rideaux pour l’un des deux. Cela manque donc d’intimité..
On note la présence d’une importante décoration comme vous le verrez sur les photos prises avec des animaux empaillés ou bien des outils. On ne savait pas trop si on avait le droit d’en prendre ( tien ça manque à son règlement !) mais on fut discret.
Car il faut aussi savoir qu’en haut, ça communique avec leur cuisine donc on craignait qu’ils entendent ce que l’on disait.

monal4.jpg

Revenons à la douche où il est rappelé qu’il est interdit d’y uriner ( certains ont dû donc le faire !). Elle est uniquement disponible le soir à partir de 17h30 -18h. Le patron ne souhaitait pas que l’on monte au dortoir avant 18 h. On est arrivé finalement à négocier pour 17h30 d’autant que nous étions 8. Il faut donc un certain temps pour tous y passer.

Une douche type à l’italienne, une sorte de sas avec lavabo intérieur comme on peut en découvrir dans les toilettes publiques de nos grandes villes. Elle tranche donc véritablement avec la rusticité générale des lieux. Grâce à leur chaudière à gaz, l’eau chaude est censée être garantie constamment quelque soit la météo. Or, le dernier d’entre nous s’est retrouvé avec de l’eau froide !. On a vidé le ballon alors !.

Je vous préviens pour les toilettes si vous ne voulez pas tomber d’apoplexie !. Comme le site est dépourvu de réseau tout à l’égoût et de toilette publique, le refuge dispose à l’extérieur d’un petit local de toilettes sèches à l’odeur insupportable qui ne donne absolument pas l’envie d’y passer un moment avec un bouquin !. Une seule de notre groupe s’y est lancée.

Il n’est donc pas étonnant de voir la nuit tombée, de nombreuses lumières issues des lampes frontales chercher à se cacher ici ou là. Ne vous en faites pas ! car avec les blocs de rochers bien présents, vous conserverez facilement votre intimité mais attention où vous mettez les pieds avec du PQ partout ! .
Pour un site qui est sensé respecter l’environnement, le dépôt des excréments par les milliers de visiteurs chaque saison estivale peut donc faire réfléchir !.


Malgré cette note, j’enchaine sur notre souper. Grand beau temps ce jour-là et malgré que la température n’était pas très chaude, nous avons mangé dehors au soleil couchant. Un cadre agréable pour notre groupe de 8. De toute façon, on n’a pas trop le choix de dîner dehors vu que l’intérieur est très vite assombri ; à moins de sortir les lampes à pétrole !.

Le petit déjeuner sera pris à 7h30 le matin au plus tard. La veille, il vous faudra préciser au gardien le choix de votre boisson chaude : thé, café ou chocolat.
Il est bon tout de même que maintenant je vous donne la longue liste des règles qui trônent à l’entrée de l’établissement ; ça vaut quand même son pesant de cacahuètes ! et cela a de quoi faire sourire ou surprendre :

Petit déjeuner 7h30 : la veille, adressez-vous au gardien pour votre choix de boisson chaude ( café, thé, chocolat).

Le souper à 19 h en silence et de bonne humeur (là c’est l’hôpital qui se fout de la charité ! ) : nous vous remercions de votre exactitude au repas et de votre participation au service des tables à mettre.
 

Si vous prenez un livre ou un jeu, ayez soin de le remettre là où vous l’avez pris.
L’usage de la cabine de douche se fait uniquement entre 18h et 20 h30.

Pour des raisons d’hygiène, pas de chaussures, sabots et même chaussons etc…. à l’étage dans les dortoirs.

Pour le repos de tous, parlez à voix basse dans les couchages. Ne faites usage ni de poste de radio ni de portable.

La nuitée en demi-pension se règle à votre arrivée.

Par mesure de sécurité et de respect des autres, on ne fume pas dans le refuge.

A votre départ, merci de laisser votre couchage (couvertures pliées) et la cabine de douche aussi propre que vous souhaiteriez la trouver à votre arrivée ( pourtant ils doivent bien faire le ménage !).

monal5.jpg

LE REPAS DU SOIR ET LE PETIT DEJ :


A 19h commence donc le repas du soir. On débute par une salade balsamique issue du jardin accompagnée de mesclun. C’est très bien assaisonné. Ensuite, il nous propose de déguster une terrine de porc fait maison. On apprécie ces produits naturels.

Puis vient le plat principal typiquement savoyard et que j’adore : une croziflette ( je rappelle que c’est un gratin à base de ces petites pâtes carrées que sont les crozets) présentée dans un grand plat à gratin et gratinée comme il faut. Il n’a pas lésiné sur le fromage.

Il y en a largement pour tout le groupe et malgré qu’on en reprenne, il en restera dans le plat. Le patron nous interpelle « vous n’en reprenez pas ? ». On en avait repris deux fois pour ma part !. On en pouvait plus.

On termine par le dessert qui fait aussi office de fromage avec un fromage blanc, sa myrtille et sa gelée de coing. Un repas que je qualifierais d'agréable et de bien copieux, servi dans un délais plus que raisonnable. Les gérants étaient plus disponibles si je puis dire lors de ces moments.

Après ce souper, on s’occupa comme on pouvait entre lecture pour certains et tarot pour d’autres. Les gardiens ne dorment fort heureusement pas dans le refuge mais dans une maison à proximité ; on a ainsi pu passer une soirée tranquille et se coucher à l’heure que l’on souhaitait. La nuit fut des plus tranquilles et l’on a bien dormi.


Le petit déjeuner a donc lieu à 7h30 précises. Il y aura donc au choix après ce que vous aurez annoncé la veille au soir du thé, du café ou du chocolat. Cela s’accompagne de différentes confitures maison qui sont très bonnes ( rhubarbe, prune/banane notamment), de gelée de coing.

Le pain en tranches est très tendre. Il y aussi du beurre, sucre bien évidemment. Ce matin-là, tout le monde déjeune dans le calme. On ne sait pas si le patron avait mal dormi mais l’accueil matinal est plutôt froid, pour ne pas dire glacial !.


Après ce petit déjeuner pris à l’intérieur, il est temps de se préparer pour la suite de notre périple. Et le patron très carré comme vous l’aurez deviné va nous montrer une dernière fois son style avec une inspection des chambres ; tout cela m’a ramené bien des années en arrière quand je fis mon service militaire !.

Il ne se met pas à dire : bon on va aller vérifier le dortoir !; comme vous êtes du Club Alpin, cela doit être correct !. Cela nous a ébahi !. Il ferme la petite porte en haut de l’escalier. Une du groupe s’aperçoit qu’elle a oublié dans le dortoir une sorte de foulard. Ce sera trop tard !; refus de remonter là-haut désormais qu’il a fermé le portillon.


LE BILAN

En conclusion, le charme des lieux qui sont plutôt propres ne fait donc absolument pas tout. Si je devais dire si je conseille ou pas ce refuge, ce sera bien évidemment non malgré comme on l'a dit que le repas fut local et satisfaisant où l’on sentait bien le 100 % fait maison.

Mais l’accueil, l'absence de salle hors sac,pas de pique-nique autorisé, le prix un peu élevé en fonction des prestations proposées, le comportement général et le règlement ne sont pas des points positifs ; même si l’on peut reconnaître qu’il faut un minimum de choses à respecter dans ce type de lieu.

Jamais, nous n’avions connu un refuge comme celui-ci de tous ceux que nous avons testés. C’est bien dommage mais tout cela gâche un peu l’ensemble car ce lieu est vraiment superbe en période estivale. On lui conseille de changer de job !.

Nous mettons 3 étoiles sur 5 pour l’ensemble ; le repas et le paysage sauvant la mise fort heureusement mais pour le reste c'est vraiment dommage.

monal7.jpg




Derniers articles

(depuis 30 jours)

Albums photos

Nos vidéos Youtube

Retrouvez toutes nos vidéos Youtube tournées en France

Tests refuges - Gîtes

Météo - Environnement

Tests hôtels - restos

Loisirs

Les chroniques nature