En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 

Vous êtes ici :   Accueil » Refuge du col de la Cayolle
 

Randos Rhône Alpes

Randos raquettes

Départements voisins

Découvertes régionales

Escapades

Patrimoine

Gastronomie

 

Refuge du col de la Cayolle

cayolle0.jpgPour une nuit, on s'en contente !

Photorandos a eu l’occasion de faire escale au refuge de la Cayolle. Il est situé ce qui à plus de 2000 m d’altitude pas toujours le cas près d’une route assez fréquentée par les vacanciers en période estivale. Nous sommes à seulement 10 minutes à pied du col de la Cayolle, à deux minutes seulement en provenance d’Uvernet Fours par le nord et Estenc par le sud.
Ce col marque la frontière entre les départements des Alpes de Haute Provence et celui des Alpes Maritimes comme vous pourrez le voir sur la borne présente au col.

UN EMPLACEMENT DE CHOIX

Le refuge de la Cayolle offre donc un emplacement de choix vu qu’il est tout juste situé au bord de la route. Il dispose à ses côté d’un parking. Il est ainsi aisé d’y monter avec son véhicule et d’y effectuer des randonnées aux alentours ou bien d’y passer une nuit pendant son week end. Ils sont 3 à tenir en période estivale ce refuge où leur but est de vous faire découvrir leur belle région en sensibilisant sur l’environnement.
Un tourisme éco-responsable comme ils disent pour respecter et préserver un milieu fragile. D’autant que la nature ne nous appartient pas et qu’il faut la conserver en l’état.
On vous rappellera ainsi qu’au refuge il est conseillé de respecter l’eau, de trier vos déchets ( vous devrez donc les ramener avec vous) ou bien de penser à atteindre les lumières derrière vous.

Ce refuge est ouvert l’été de la mi-juin jusqu’à la mi-septembre ; c’est du classique en cette saison. Le refuge est fermé en hiver et ne dispose pas d'espace non gardé. De son point de départ, c’est un rendez-vous idéal pour découvrir les paysages de la région avec de multiples points de départs pour des randonnées qui seront variées.
On pourra y découvrir selon ses désirs la haute vallée du Var, la vallée d l’Ubaye, de la Tinée et celle du haut Verdon pour notre groupe. Visuellement, le refuge est de conception extérieure quelque peu rustique.

Dehors, on découvre un emplacement large avec des tables et la possibilité d’étendre son linge. Il offre une petite structure donc on ne s’attend pas à un fonctionnement du genre usine à gaz dont j’ai déjà eu l’occasion de parler pour d’autres refuges où vous vous retrouvez avec 100 personnes.

Il se compose en effet de deux étages qui comprennent chacun deux chambres offrant 8 places sous la forme de lits superposés. Donc, si vous avez bien suivi, cela fait 32 places au total. Ici, encore on peut dire que l’on est en face d’un hébergement plein d’authenticité, de simplicité avec un confort qui s’annonce moyen. Nous y reviendrons plus loin.

On découvre une vaste pièce de vie qui servira de cuisine puis aussi pour passer de bons moments de lecture par exemple. Les dortoirs ne sont pas gigantesques surtout quand on souhaite trouver un emplacement correct si l’on dispose d’imposants sacs à dos. Cela manque d’accroches pour des serviettes par exemple. On dispose d’une petite fenêtre mais qui offre une très belle vue sur

l’environnement. C’est d’ailleurs l'un des points positifs de ce lieu ; la vue.

Chaque dortoir dispose de couvertures assez épaisses. Ce ne sera pas de refus même en plein été car nous avons tout de même passé une nuit frisquette dans notre chambre. Il faudra ne pas oublier d’apporter son duvet, ses draps ou bien encore un sac à viande, question d’hygiène bien évidemment même si les matelas sont recouverts tout comme les oreillers carrés.
Dans des lits superposés, le problème est la praticité. Pas évident de pouvoir préparer son lit pour ce qui se retrouve en haut. Et celui du bas doit faire gaffe de ne pas se cogner la tête.

Aux côtés de notre dortoir, se trouvait les douches mais alors là quelle ne fut pas la surprise de découvrir un lieu quasiment sans intimité !. J’avoue découvrir avec surprise des douches exigues dont la porte qui ne se ferme pas à clé, est tout simplement une vitre en verre !. Pas vraiment de tapis de bain extérieur ( juste une vieille serpillère !) ou peu de poignées pour accrocher ses vêtements. Nous nous sommes dit que c’est impossible que les dames puissent se doucher dans un endroit pareil car la douche attenante était du même style. Heureusement, il y avait à l’étage un autre emplacement de douches dont nous avons laissé le soin aux femmes d’utiliser.

Mais même entre hommes, j’avoue que l’on peut avoir un minimum de besoin en intimité. J’ai profité pour aller me doucher un moment où c’était calme mais je trouve que c’est le point le plus négatif de ce refuge. Personnellement, je me voyais mal sortir dans le couloir de la douche à poil d’autant que la porte globale était ouverte à tous les yeux qui pouvaient passer.


Pour évoquer encore le côté pratique, une salle hors sac est mise à disposition du public et ce gratuitement, qui sert également de salle à manger et qui dispose d’un poêle. Elle est ouverte de 7h à 21h30, ainsi que des toilettes et un accès extérieur à de l’eau. Là encore gratuitement. Ce qui est un bon point pour les gens de passage même si tout de même les propriétaires seront satisfaits de vous proposer à la vente des rafraichissements que vous pourrez prendre dehors.


UNE ODEUR D'EGOUT


Car je l’ai dis rapidement plus haut mais il y a une grande terrasse devant l’entrée offrant un point de vue magnifique où vous pourrez découvrir à quelques lieux des marmottes bien curieuses. C’est là que vous déposerez vos chaussures de rando avant de penser à les rentrer dans le hall avant d’aller vous coucher. Cela compense cette impression que nous avons eu en arrivant avec une odeur quasiment insupportable d’égoûts. Ils doivent disposer d’une fosse sceptique qui nécessitait je pense une vidange.

Cela refroidit un peu à l’arrivée et donne ainsi pas forcément une bonne image pour découvrir le refuge. Heureusement, l’accueil des randonneurs et des touristes est plutôt positif.
A noter que pour les mordus de téléphone, il faudra s’en passer car vu le lieu, il n’y a aucun réseau téléphonique mobile de disponible.

Ils peuvent accueillir des randonneurs étrangers car ils parlent aussi anglais, allemand, italien notamment. Les animaux sont interdits. Outre le vaste parking qui peut accueillir aussi des cars, le refuge propose un abri pour les vélos et un garage pour les motos.

A noter que l’électricité produite ici se fait grâce à la présence de photopiles solaires. Il ne vous sera pas de recharger vos appareils électroniques divers. Cela peut être gênant pour les appareils photos par exemple. Donc pensez à avoir des batteries de rechange.

Ce que j’ai trouvé original ici, c’est cette annexe accolée au refuge qui vous présentera l’histoire intéressante du parc du Mercatour au travers de sa faune et de sa gestion. Cela fait passer ainsi un petit moment. Par contre, on peut regretter qu’il n’y ait pas de salle de jeux proprement dite.


Le repas du soir est servir à 19h00 précise et là comme ailleurs on est à l’heure et donc ne râtez pas le rendez-vous. Le petit déjeuner quant à lui sera servi entre 7h et 8h30. A noter que l'accueil des randonneurs peut s'étendre jusqu'à 21h00 maximum même si il se fait principalement entre 11 h et 17 h.

Comme c’est souvent le cas dans les refuges d’altitude, les propriétaires disposent d’un petit jardin. C’est le cas de celui-ci où l’on peut retrouver de multiples légumes ; d’ailleurs on a entendu que le propriétaire disait que la plupart des crudités provenaient de leur potager. On s’attend donc à manger des produits frais et sains où ces légumes pourront agrémenter la viande.

Le refuge annonce que tous les jours ils proposent un plat du jour différent, une pâtisserie maison, des paniers repas à emporter et sur commande uniquement des spécialités niçoises. Si vous êtes végétarien, on en tiendra compte. C’est à souligner et montre ainsi l’intérêt apporté à leurs clients.

Pour les fromages, les viandes, les fruits de saison, le refuge s’approvisionne dans la vallée au marché de Barcelonnette pour y trouver des produits de qualité et élaborer les repas.

Pour les encas de midi, vous pourrez pour 10 euros environ maxi déguster notamment la soccayole qui est une spécialité maison à base d’une crêpe et de crudités ; une salade verte, des œufs au plat accompagnés de crudités et de salade, ou bien une salade niçoise.

Le refuge peut aussi vous proposer une assiette de fromages du pays avec salade verte pour 12 euros, des sandwichs ( jambon cru ou saucisson ou fromage) pour 5,5 euros ( même prix pour une soupe), les campagnards à 8 euros à base de salade, cébettes, olives, tomates, oeuf dur, basilic, huile d'olive, anchois, le tout servi à l'assiette. Le pichet rouge 1/4 vous sera facturé 3 euros, le 1/2 à 4,50 euros. Mais vous pourrez aussi pour une bouteille de coteaux d'Aix en Provence pour 20 euros.

Les pâtisseries coûtent un peu plus de 5 euros tout comme leur fromage blanc battu avec caramel maison et amandes effilées.


LE REPAS

On va passer au repas proprement dit désormais. Un mot tout de même sur l’acoustique. N’espérez pas manger dans le calme !. Oh là là c’était bruyant comme salle de restauration et en plus un peu trop sombre. Et pourtant, nous n’étions pas si nombreux que cela.

Dans les refuges, c’est que l’on déroge à cette règle de débuter le repas du soir par une soupe. Ce fut le cas ici. Nous fûmes très vite servis ( on ne traine donc pas à table)t parfois on a droit à du rabe mais là n’y comptez pas. On enchaine avec du poulet accompagnée de riz. Ce fut plutôt correct avec un bon assaisonnement. Même si le riz est paru un peu trop cuit. Là encore pas de supplément proposé. Pas de fromage proposé, c’est assez rare. Pas plus mal car le pain fourni était un peu sec.

Pour le dessert je m’attendais à mieux alors que le refuge se vante de proposer des pâtisseries maison. On a eu droit à un fromage blanc !. Cela fit donc fromage et dessert même si je ne considère pas cela comme un dessert.

Je profite de donner quelques informations sur le petit déjeuner. Rien d’exceptionnel comme on pouvait s’y attendre. C’est standard avec du pain, de la confiture mais industrielle, du beurre. Côté boissons, au choix ce sera du thé, du café, du chocolat. Mais attention à ce dernier !. Le lait est coupé avec de l’eau, quelle honte de faire cela !. Tout cela pour tirer au maximum. Bref, en conclusion, le repas et le petit déjeuner ne sont guère enchanteurs.


LES TARIFS


Côté tarifs et si je compare avec d’autres expériences passées et au vu des prestations, ils sont plutôt dans la fourchette de prix acceptables. Ils ne jouent donc pas dans l’excès. Nous ne sommes pas comme parfois dans l’abus des touristes.
Comptez 40 euros environ pour la demi-pension soit donc le repas du soir ( seul, il est facturé à 17 euros ce qui est un peu cher vu ce que l'on a eu), la nuitée et le petit déjeuner. Si vous êtes accompagnés d’un enfant, cela revient à 4 euros de moins pour la demi-pension ( et ce sera même gratuit pour les enfants de moins de 4 ans). .

La nuitée seule est facturée 22 euros. Si vous désirez un pique-nique pour le lendemain, comptez 8 euros. Là encore c’est du classique. Il faut aussi savoir que le gîte peut proposer des offres de séjours. Il y a le « cuisine du bien -être où pour 350 euros avec un effectif minimal de 4 personnes et 6 maxi, vous avez droit à un séjour de quatre jours avec hébergement, repas, encadrement et sorties en montagne.
Sinon, toujours pour quatre jours, on peut opter pour la formule stage de poterie pour 400 euros avec atelier à Entraunes, et puis hébergement, repas, encadrement et là encore sorties montagne. Les prix des consommations de leur côté étaient tout à fait satisfaisantes.

Je donnes aussi quelques tarifs concernant les boissons. Cela reste supportable pour un refuge de montagne. Je citerais les sodas comme la limonade ou un coca à 2,50 euros, un sirop à 2 euros, un jus de fruits au verre à 3 euros, un verre de panaché à 3 euros également, le café à 1 euros, le gourmand à 7 euros, un chocolat à 3 euros, les thés et infusions à 2,50 euros, le pastis à 3 euros et les apéritifs à 4 euros.

CONCLUSION

Pour conclure, la literie plutôt confortable, l’accueil, l’environnement, l’annexe, le lieu plutôt propre,la terrasse et les tarifs sauvent la donne de cet établissement plutôt rustique et lui permettent de décrocher une note de 3 sur 5. Si les dortoirs restent satisfaisants et que l’on peut trouver des toilettes en bas et aux étages ( avec en plus la présence d’un lavabo avec glace pour une toilette rapide le matin), la pièce des douches méritent donc une attention des propriétaires et quelques aménagements.

Ce n’est donc pas le refuge à fuir à tout prix comme la cabane suisse présentée récemment. Pour le passage d’une nuit, on s’en contente. Mais celui-ci fait partie de ceux qui auraient besoin d’un peu de rénovation comme le font tant d’autres.

Contact : 0492812425 du 15 juin au 15 septembre ou bien 0493055490 toute l’année si le répondeur ne répond pas. Par mail : fan.refugedelacayolle@orange.fr.

Le portable : 06 88 11 70 70.

Le courrier : Refuge de la Cayolle, la Coquille – Estenc 06470.




Albums photos

Nos vidéos Youtube

Retrouvez toutes nos vidéos Youtube tournées en France

Tests refuges - Gîtes

Météo - Environnement

Tests hôtels - restos

Loisirs

Les chroniques nature