Vous êtes ici :   Accueil » De choses et d'autres
 
Randos Rhône Alpes
Randos raquettes
Départements voisins
Découvertes régionales
Escapades
Patrimoine
Gastronomie
 
De choses et d'autres

Les paysages du Crêt de la Goutte.

Au coeur des monts Jura, le Crêt de la Goutte du haut de ses 1621 mètres d'altitude, est le point culminant du Grand Crêt d'eau. Par beau temps, le panorama est superbe sur tous les environs. Aux chaînons du Jura succèdent les plateaux du Bugey et la chaîne des Alpes avec ses sommets enneigés. Composé de couches sédimentaires calcaires épaisses, le Grand Crêt d'Eau termine la Haute Chaîne du Jura, formant des plis complexes, résultats de la création et de l'exhaussement des Alpes. Une faille assez active suit le Vuache et la Vallée de la Valserine, occasionnant de nombreuses fractures dans la structure des roches où alternent des couches dures et d 'autres plus tendres. Cette alternance explique les crêts rocheux et les combes plus fraîches où les sols plus profonds s'établissent sur les marnes.

Les pelouses. Au mois de juin et de juillet, les pelouses d'altitudes se couvrent d'une flore délicate aux teintes multiples alors qu'à l'automne, le doré des herbes sèches s'associe au blanc lumineux des bancs de calcaire. Les pelouses d'altitude du Grand Crêt d'Eau sont tout à fait représentatives de l'étage montagnard : associations de vérâtre à cirse, de luzules, de sislérie ou de plantain. Elles sont issues des défrichements et du pâturage séculaire des troupeaux mais aussi des différences de sols, plus ou moins profonds, et de la relative sécheresse des sommets. Les zones pâturées avec plus d'intensité ou proches des chalets et des goyas renferment des plantes nitrophiles ( orties, rumex et chénopode"bon Henri" ou oseille sauvage....). Les successions de crêts taillés dans le calcaire massif et de combes herbeuses, mêlées de rochers et d'éboulis se prêtent à la diversité des milieux et accueillent des cortèges floristiques particuliers : carex sempervirens, plantain atrata, épervière piloselle ( pileuse), thym serpolet, valériane des montagnes, seslérie bleuâtre, génévrier nain, raisin d'ours. Entre la Grande Gentiane jaune et le Vérâtre, il faut choisir. L'une, bien que très amère, fournit un alcool particulier; l'autre est un poison redoutable qu'il vaut mieux éviter de toucher. Mais il est assez facile de les reconnaître. La gentiane possèdes des feuilles opposées le long de sa tige, l'autre des feuilles alternées.



Nos vidéos Youtube
Retrouvez toutes nos vidéos Youtube tournées en France
Tests refuges - Gîtes
Météo - Environnement
Tests hôtels - restos
Loisirs
Les chroniques nature