Vous êtes ici :   Accueil » L'apothicairerie de Trévoux
 
Randos Rhône Alpes
Randos raquettes
Départements voisins
Découvertes régionales
Escapades
Patrimoine
Gastronomie
 
 

Une idée de visite; l'apothicairerie de Trévoux dans l'Ain.

trevoux.jpg

Narbonne, Tamarin, Mithridat…Le premier est du miel récolté à Narbonne, le second l’écorce de l’arbre éponyme, le dernier est une recette du médecin Mithridat, recette secrète à base de chair de vipère, d’opium, d’excréments….Voilà ce que pouvaient contenir les pots de l’apothicairerie de Trévoux où des inscriptions l’attestent. C’est Anne Marie Louise d’Orléans, duchesse de Montpensier qui soucieuse des pauvres malades de la commune de Trévoux fonde en 1685 l’hôpital. Les travaux dureront sur deux années. L’hôpital est administré par une congrégation de sœurs de Saint-Vincent-de-Paul, les filles de la Charité. Le départ de la congrégation des sœurs en 1968 et la fermeture de la maternité en 1975 appellent une nouvelle affectation des lieux et des usages. L’hôpital rénove deux des ailes historiques et s’étend sur l’arrière de la ville avec de nouvelles constructions. Il porte toujours le nom d’hôpital Montpensier. Les deux ailes laissées vacantes sont réhabilitées pour accueillir la médiathèque, l’école de musique et le Carré patrimoines. L'apothicairerie a été entièrement démontée et remontée au sein du Carré patrimoines, la muséographie entièrement accessible, est animée par un dispositif sonore et lumineux.

Néanmoins, il faut attendre 1664 et l’adjonction d’une nouvelle aile pour qu’apparaisse au rez-de-chaussée une apothicairerie. La pièce rectangulaire est couverte de boiseries. Seul l’espace entre les trois portes-fenêtres est libre de rayonnages. Pots et tiroirs occupent les étagères tandis que les placards se trouvent dans les parties basses, alternant avec des espaces vides, occupés par des vases-urnes du début du 18 e siècle. Une collection  de vases et pots, tous ornés de palmes croisées formant un cartouche à la base duquel est dessinée une fleur ocre en relief, date de la fin du 18e. Une autre série comprend des pots en porcelaine de Paris de la fin du 14e siècle. C’est une sœur qui faisait office d’apothicaire. Elle était au service du personnel hospitalier comme du grand public qui venait se fournir en médicaments. Les pots de faîence servaient alors à stocker les diverses préparations, la faïence ayant la qualité de ne se rayer que difficilement, ce qui permet une meilleure conservation (les rayures favorisent la présence d’ impuretés).  Il faut préciser aussi que 19 pots depuis 1920 sont classés Monuments Historiques. L’aspect esthétique qu’offre ce lieu  lorsqu’on y pénètre  ne devait pas être ressenti de la même manière au 18e siècle. Alors, l’usage n’était pas séparé du beau mais il faut garder en mémoire  que si les pots en faïence participaient au décor de la salle, il existait aussi une multitude d’autres objets plus simples, utilisés dans le processus des soins apportés aux malades.

Horaires d'ouverture

Mardi 13h-19h
Mercredi 10h-12h 13h-19h
Jeudi : accueil des groupes
Vendredi 13h-19h
Samedi 10h-12h 13h-17h
Dimanche 14h-17h (18h du 1er avril au 30 septembre)

Tarifs

La visite libre du Carré patrimoines est gratuite et peut se faire aux horaires d’ouvertures de espace culturel La passerelle (médiathèque de Trévoux).




Nos vidéos Youtube
Retrouvez toutes nos vidéos Youtube tournées en France
Tests refuges - Gîtes
Météo - Environnement
Tests hôtels - restos
Loisirs
Les chroniques nature