Vous êtes ici :   Accueil » D'Arcine au Golet du Pet.
 
Randos Rhône Alpes
Randos raquettes
Départements voisins
Découvertes régionales
Escapades
Patrimoine
Gastronomie
 
 

arcine.jpgD’Arcine au Golet du Pet !.

Tout comme le fort l’Ecluse situé non loin de là, le château d’Arcine ( Arcine, du latin Arx, signifiant citadelle) , ancienne maison forte, permettait de surveiller et verrouiller au besoin l’accès au défilé creusé par le Rhône entre Jura et Vuache et le passage sur Vulbens où se situait un autre château. Cet impressionnant édifice, chef-lieu de la seigneurie d’Arcine, bâti au XIIe siècle  sur la commune de Clarafond-Arcine, et perché sur un nid d’aigle se situe à l’ouest de la montagne du Vuache. Sr le plateau de la Semine, il domine la rive du Rhône.

Il appartenait à la famille d’Arcine avant de repasser sous l’autorité des comtes de Genève. A la fin du 13e siècle, Amédée II de Genève le donne en fief à François de Lucinges mais se réserve le droit d’appliquer les peines corporelles. Le 3 janvier 1398, Jean de Lucinges vend la seigneurie à la famille Verboz et à son épouse Louise Chaume. Guillaume Verboz, le nouveau seigneur, époux de Jeanne de Grolée, décède le 22 décembre 1439 en laissant quatre fils sous la tutelle de leur mère. L’ainé prénommé Jacques deviendra 8 ans plus tard le seigneur d’Arcine. Il mourat en octobre 1484. En 16996, Philibert de Verboz, mort vers 1704, fils de Claude de Verboz, époux de Charlotte de Sacenay d'Ogny (1666-1739), est seigneur d'Arcine. Le château change ensuite de main et c’est la famille Collomb qui en héritera en 1715. La seigneurie est ensuite entre les mains de Jean-François Emmanuel Collomb d'Arcine, né le 15 octobre 1784, commandeur de la Légion d'honneur, chevalier de l'Ordre de Saint-Louis et des Saints Maurice et Lazare, fait comte par le roi Charles-Albert de Sardaigne en 1842. Ce sera le plus illustre des propriétaires. Il passe entre les mains de Louise Alix Collomb d'Arcine qui épouse, en 1858, Alphonse René Jean Copré de Megève, page de Charles-Albert puis officier supérieur de cavalerie. Il est vendu en 1894 par mademoiselle Hélène Collomb d'Arcine à M. Gustave Burlat. Émile Bélime l'a acquis en 1919 et réaménagé complètement. Il est donc maintenant une propriété privée.

Dison quelques mots sur cette montagne du Vuache dont le nom aurait pour origine le mot germanique "watha", signifiant guet ou garde. Elle s’étend sur onze kilomètres et son modeste sommet culmine à 1101 mètres d’altitude. Il offre des versants très variés, du défilé de l’Ecluse à celui du Malpas avec un côté méridional fait de falaises escarpées et un versant septentrional offrant des pentes plus arrondies et couvertes de bois. Ce massif qui a la chance d’avoir pu conserver son aspect sauvage, se creuse ainsi dans sa partie ouest pour former une sorte de cuvette où l’altitude n’est plus que de 860 mètres. Ce secteur porte un nom curieux, le Golet du Pet. Selon certains spécialistes, ce toponyme viendrait de l’expression faire le pet désignant en patois faire le guet. Mais il existe une autre explication beaucoup plus amusante à l’origine de ce drôle de nom. Si le Golet du Pet existe, c’est grâce à Gargantua !. Ce personnage à la force herculéenne  qui séjournait sur les pentes du Jura en compagnie de ses parents nommés Grandgousier et Gargamelle n’aimait pas Genève. Un jour de grande colère, il lança  depuis le Jura d’énormes pierres sur la ville pour l’endommager. Mais ses tirs manquaient de précision et les pierres ; la Pierre à Bochet et les Pierres du Niton, s’écrasèrent du côté de Thônex et dans la rade de Genève sans trop faire de dégâts. Des siècles plus tard, ces pierres sont toujours à la même place et la Pierre à Bochet aurait même la particularité de tourner sur elle-même durant la nuit de la Saint Sylvestre. Mais son exploit le plus retentissant, Gargantua l'a réalisé à proximité du Pays du Vuache. Une autre fois, assoiffé, le géant décide de s’abreuver dans le Rhône. Il met alors son pied droit sur le grand Colombier et son pied gauche sur la Dent du Chat, puis il se penche en avant pour boire l’eau fraîche du fleuve. Dans cette posture peu pratique, le géant présente en direction de Genève la partie la plus charnue de son anatomie !. Gargantua lâcha alors une terrible salve de flatulences qui fuse à la vitesse de l’éclair vers la cité du bout du lac, pulvérisant au passage une partie des crêtes du Vuache !.Et c'est ainsi que le célèbre géant donna naissance à cette étrange dépression géologique connue depuis sous le nom de Golet du Pet. Enfin, la légende raconte qu’en voyage pour rejoindre l’Italie, Gargantua fit une pause bien méritée à l’ombre du Château d’Arcine !.

gargantua.jpg




Nos vidéos Youtube
Retrouvez toutes nos vidéos Youtube tournées en France
Tests refuges - Gîtes
Météo - Environnement
Tests hôtels - restos
Loisirs
Les chroniques nature