Vous êtes ici :   Accueil » Le Beffroi de Dunkerque.
 
Randos Rhône Alpes
Randos raquettes
Départements voisins
Découvertes régionales
Escapades
Patrimoine
 ↑  
Gastronomie
 
 

eloi.jpgBeffroi de St Eloi,  une visite incontournable à Dunkerque.

 

S’il y a bien quelque chose qui est à voir absolument si vous vous arrêtez pendant vos vacances à Dunkerque, c’ est bel et bien l’ un de ses beffrois, celui de St Eloi, classé au patrimoine mondial de l’ Unesco depuis juillet 2005 comme 10 autres beffrois du nord de la France.
 

 

PRESENTATION

 

Ce beffroi fait partie des 23 monuments du Nord Pas de Calais et de la Somme qui ont été retenus parmi 42 candidatures émanant de 44 pays en cette année 2005.

Une belle reconnaissance dans cette région riche en édifices en tous genres. Surmontées d’une girouette, ces anciennes tours de guet, construites entre le 11e et le 17e siècle, de style roman, gothique, renaissance ou baroque sont le symbole de liberté et d’autonomie communale.
 

Pour ce beffroi de Dunkerque, tout remonte au 13e siècle quand il est édifié. Il servait de tour de guet et de repère pour les pêcheurs du bourg qu’était Dunkerque. Au milieu du 15e siècle, la tour est relevée à sa taille actuelle, près de 60 m, pour en faire le clocher de l’Eglise Saint Eloi. Car ce beffroi abrite le carillon et les cloches de l’église ; il servira jusqu’en 1940 de tour de guet.
 

Le guetteur veillait jour et nuit à la sécurité de la ville en cas d’incendie ou d’attaques ennemies et entretenait également un feu servant de balise pour les marins, leur point de repère car la tour a toujours servi d’amer, le repère visible depuis la mer. Selon la tradition, une seule et même famille, les Garcia aurait occupé cette charge pendant 600 ans !.
 

Le clocher, intact, sera isolé de l’église du fait d’un incendie lors du pillage de la ville par les Français, commandés par le maréchal de Thermes, en 1558. Après l’incendie, l ‘ église est reconstruite mais les finances manquent pour relier l’église à son clocher. Elle reste symboliquement reliée à celle-ci par les ruines de l‘ancienne nef.
 

En 1782, la tour est définitivement séparée de l’église à l’ occasion de la restauration de celle-ci, pour permettre la construction de la rue et l’embellissement de la façade de l’église.
 

En 1836, la plate-forme du beffroi est restaurée avec la construction de nouveaux pinacles, l’édification d’ une nouvelle balustrade à croisillons et quatre nouvelles tourelles. Le beffroi mesure alors 58 mètres et il est composé de six étages. Il s’amincit graduellement : il mesure 15 mètres de large à la base et huit mètre au sommet.
 

De puissants contreforts placés aux angles lui assurent une solidité remarquable alors que les fondations ne dépassent pas les 1,70 m de profondeur.
Si déjà le beffroi en lui-même vaut le coup d’ œil, il ne faut pas oublier son carillon, composé de 50 cloches dont le poids total s’ élève à environ 16 tonnes et sonne automatiquement tous les quarts d’ heure. Et les sons changent toutes ces 15 minutes.
 

A l’ heure on peut écouter la cantate à Jean Bart, célèbre corsaire, au quart il s’ agit de « Ta Lire Ta Loure « sur l’ air de Polichinelle, à la demi l’ air du Carillon de Dunkerque et enfin aux trois-quarts c’ est l’ air du Reuze.
 

Ce carillon date de 1962, les cloches ont été fondues à Annecy. Le précédent carillon a disparu en 1940 lors des bombardements ; un incendie avait brûlé les planchers et l’ intérieur du beffroi.
 

En 1997, le mécanisme devenu défectueux entraine l’arrêt des cantates. Le classement au Patrimoine Mondial de l’ Humanité par l’ UNESCO en juillet 2005 est l’ élément déclencheur, le beffroi de Saint Eloi doit retrouver ses mélodies d’ antan. Ainsi, son mécanisme complexe a été remis en état en 2009 pour à nouveau rythmer la vie de la cité et faire désormais l'objet de visites.
 

eloi2.jpg

 

Les cloches étant encore en bon état, l entreprise Paccard a procédé au nettoyage de celles-ci, 48 à l’ époque et a rajouté 2 cloches supplémentaires pour compléter la gamme afin d’ obtenir un grand carillon de concert. Avec 4 octaves (1 octave = 12 cloches), le carillon fait partie des grands carillons flamands de la région.
 

Il bénéficie désormais des dernières technologies avec des tiges en fibre de carbone et des fixations en inox. Lorsque le carillonneur n’ officie pas, un système automatique avec compresseur et pneumatique prend le relais pour les ritournelles des heures et quarts d’heure via une horloge électronique.
 

Le clavier a une longueur de 1,73 m avec pédalier et clavier au poing. Il est en bois de hêtre. Le poids de cet instrument est d’ environ 400 kilogrammes. Le changement de l’ emplacement de la cabine et la suspension des cloches sur une structure métallique permettent de limiter les vibrations et de diffuser également le son.
 

La restauration du carillon a été financée par la Fondation du Patrimoine grâce au mécénat de Total, au Conseil Général du Nord et à la ville de Dunkerque.

 

eloi3.jpg

 

POINT DE VUE

 

Quand on regarde ce beffroi depuis la rue, il est vachement imposant comme le montre ma photo et l'on se dit qu’ il faudra être en forme pour grimper là-haut !. Mais que l’ on rassure les moins sportifs d’ entre vous, il y a fort heureusement un ascenseur pour permettre de monter là-haut ; ce beffroi est donc accessible à tous.
 

Pour seulement 3,30 euros pour les adultes, cela vaut le coup. La visite commencera ainsi après avoir grimpé rapidement par ce ascenseur les 5 étages, par l’ accès à l’ imposant carillon qui se profile en empruntant un escalier en colimaçon étroit où l’ on peut être amené à laisser passer les visiteurs qui redescendent du sommet du beffroi.
Attention de bien tenir votre chapeau éventuel car ce passage est parfois bien venté. On a du mal à imaginer le poids de celui-ci.

Une petite pause quand l’ un des quarts d’ heure sonne de pouvoir admirer tout son mécanisme.
 

Ensuite, on poursuit la visite sur la terrasse panoramique où une époustouflante vue à 360° vous attend.
Une table d’orientation aux quatre points cardinaux nous présente les principaux monuments de la ville de Dunkerque mais également les principales distances en kilomètres avec les 27 capitales européennes et de grandes villes emblématiques desservies au départ du port de Dunkerque ( le 3e port de France le long de la plus grande plage transfrontalière d'Europe), comme Bombay en Inde.
 

D’en haut, vous pourrez aussi apercevoir la statue de Jean Bart. Ne manquez donc vraiment pas cette visite qui ne coûte vraiment pas cher comme je l’ai dis plus haut même si entre ma visite à l’été 2013 et maintenant les prix ont un peu monté.
 

On peut regretter au passage que les horaires ne soient pas plus élargis et depuis mon passage ils ont même déjà été réduits.
 

A votre retour, ne manquez pas de jeter un petit œil à la boutique du rez-de-chaussée avec sa grande baie ogivale où se trouve aujourd’hui l’entrée de l’Office de Tourisme et de ramener pourquoi pas la médaille souvenir de ce beffroi à 2 euros. Je vous souhaite une bonne visite !.
 

eloi4.jpg

 

PRATIQUE

 

Nous vous donnons ci-dessous les dernières informations pratiques concernant ses horaires et ses tarifs mais cela peut bien sûr varier d’ici votre venue :
 

Horaires en 2015 : Du lundi au samedi de 10h à 11h30 et de 14h à 17h30. Le samedi de 10h à 17h30.

En juillet/août : du lundi au samedi de 10h à 17h30 non stop. Les dimanches et jours fériés en saison de 10h à 11h15 et de 14h à 15h15.
 

Pour les visites libres de la tour du beffroi : Du lundi au vendredi de 10h à 11h30 (dernière montée) et de 14h à 16h30 (dernière montée). Les samedis de 10h à 16h30.
 

Les dimanches en saison de 10h à 11h30 et de 14h à 15h30. Le point info interactif installé au pied du Beffroi est au service des visiteurs 24h/24h..
 

Tarifs :
 

3,30€ pour les adultes

2,80 € pour les étudiants et + de 60 ans.

2,20€ pour les enfants de 7 à 12 ans.

8,80 € tarif famille (2 adultes et 2 enfants).

Gratuit pour les demandeurs d'emploi et les enfants de moins de 7 ans.

 


 




Nos vidéos Youtube
Retrouvez toutes nos vidéos Youtube tournées en France
Tests refuges - Gîtes
Météo - Environnement
Tests hôtels - restos
Loisirs
Les chroniques nature