Vous êtes ici :   Accueil » A Fer et A Flots - Circuits découverte en train et en bateau, Morlaix
 
Randos Rhône Alpes
Randos raquettes
Départements voisins
Découvertes régionales
 ↑  
Escapades
Patrimoine
Gastronomie
 
 

flot.jpgA Fer et à Flots à Morlaix  : entre terre et mer.

 

UN JOLI CONCEPT

 

Nous prendrions le train puis une vedette et retour avec celle-ci à notre point de départ. Mais c’était sans nous en dire plus. Et c’est finalement dans le cadre d’un circuit touristique que se déroula cette journée qui fut de nous proposer une véritable invitation au voyage en Bretagne.
.

Et ce fut au travers de ce que l’on appelle à Fer et à Flots avec une découverte à la fois à pied, en train et en bateau. Il existe ainsi plusieurs circuits organisés pour partir à la découverte entre terre et mer notamment de cette ile de Batz. Pour nous, c’était l’occasion de découvrir la baie de Morlaix. Mais il existe aussi un circuit autour de la Rade de Brest.
 

C’est un concept que je ne connaissais pas et qui est plutôt original. Il s’adresse ainsi à tous les publics, que l’on soit locaux, visiteur, en famille, en individuel, en groupes. Ou bien encore pour les scolaires ou les comités d’entreprises. C’est une association qui organise ces excursions que sont des journées à la carte selon nos souhaits, toute l’année pour les groupes.
 

Pour celle qui nous concerne, il faut savoir qu’il y a soixante excursions proposées chaque saison entre avril et le mois d’octobre. Il y a différents points de vente dans les offices de tourisme de Morlaix, Locquirec, Plougasnou, Carantec, St Pol de Léon, Roscoff, St Thégonnec et Guerlesquin.
 

L’avantage de cette excursion est de pouvoir choisir ses lieux de départ et de destination. Notre encadrant avait omis la veille de cette sortie de faire mention de la présence pour cette prestation d’un guide professionnel. Suivant le programme choisi, vous pourrez visiter des villes et même des entreprises. Ce qui n’était pas le cas pour le nôtre, entièrement tourné la richesse touristique qu’offre la Bretagne malgré que ce jour-là, le soleil fut bien timide.
 

flot2.jpg

LES TARIFS

 

Comme nous étions un groupe, nous avons pu bénéficier d’un tarif réduit. Cela nous est revenu à 26 euros par personne ( sinon par adulte cela revient à 32 euros). Sachez qu’il existe un forfait groupe à 1040 euros pour 40 personnes ; sinon 17 euros par enfant supplémentaire ( de 4 à 12 ans). C’est gratuit pour les enfants de moins de quatre ans. Et l’on peut bénéficier d’une gratuité pour 40 personnes payantes.
.

Pour les scolaires, 16 € par élève et accompagnateur. Une gratuité pour 40 personnes payantes. ¨Pour les groupes scolaires, un effectif minimum de 50 personnes est souhaité.
Ce forfait comprend un livret pédagogique par élève (selon les classes) et un « Dossier Enseignant » permettant d’aborder les thèmes de l’excursion avant et après la journée.

 

D'ABORD A PIED

 

C’est à 10h30 que nous ne retrouvons place Charles de Gaulle pour notre périple guidé. Je pensais que nous serions que notre groupe de 25 et finalement nous serons au total près d’une bonne cinquantaine. La guide assez jeune parait sympathique au premier abord. Elle nous distribuera nos billets.
 

En pleine ville et avec tout ce groupe, je me posais la question de savoir comment elle saurait être audible. Eh bien tout est super organisé. On n’arrête plus le modernisme et c’est anti mieux ici. Elle s’équipera d’un micro portatif. Comme ça, tout le monde pourra suivre ses explications.
 

Elle nous explique rapidement comment va se passer cette journée d’excursions. Nous la débuterons donc à pied en flânant dans les rues principales et dans ce qu’il y a à connaitre sur Morlaix. Je reviendrais en détail dans un prochain avis sur cette cité.
.Nous emprunterons l’un des parcours des venelles. Après de longues explications sur l’une des bâtisses emblématiques et historiques de la place Charles de Gaule, le troupeau de touristes se dirige vers l’imposant viaduc. C’est lui dont on retiendra le plus l’attention.

 

Avant d’emprunter quelques marches assez sèches pour le découvrir, la guide revient en détail sur les maisons caractéristiques de la cité de Morlaix. On les dénomme à Pondalez. Ce sont des maisons à pans de bois exceptionnelles, que l’on ne trouve qu’à Morlaix même si il m’est déjà arrivé de voir un style proche en Normandie. Je reviendrais plus en détails sur cela une prochaine fois.
 

flot3.jpg

PLACE AU TRAIN


 

Le temps file que nous nous retrouverons sur le viaduc. Nous le passons et c’est ainsi qu’ensuite nous nous dirigerons vers la gare SNCF pour la première partie de notre voyage. Nous prendrons place dans l’autorail qui est un TER classique comme ceux que j’emprunte pour aller au boulot. Je pensais que pour l’occasion de cette sortie touristique nous aurions un train plus ancien.
 

On part à l'heure. Il est près de 11h50 et c’est parti pour environ 40 minutes de trajet. Il faut dire qu’il y a un bon chemin pour se diriger vers la ville de Roscoff, le point de chute avant de passer à la mer.

Durant ce déplacement en train nous découvrirons ce que l’on appelle traditionnellement ici le Léon. C’est l’un des pays bretons où le peuple à l’origine était très catholique et se distinguait du reste de la Basse Bretagne. Ce pays léonard qui s’identifia avec l’ancien diocèse de St Pol de Léon regroupait plus de 80 paroisses et environ 200 000 habitants en 1789.
 

Géographiquement, le Léon est un grand plateau bas. C’est lui que vous découvrirez à bord de cet autorail. Il sera plein à craquer par déjà notre groupe mais aussi par la présence d’autres voyageurs. Et ils profiteront comme nous mais eux sans avoir rien payé des explications de la guide qui vont jalonner tout le parcours. Et tout y passe avec notamment des explications régulières au micro du train sur la thalassothérapie, la transformation des algues à Roscoff, les nombreuses cultures maraichères dont notamment l’artichaut qui est présent un peu partout dans les champs. Mias on découvre que la région est riche en productions légumières. Et la guide nous expliquera pourquoi justement les Bretons ont tant de poids quand ils montent à la Capitale pour défendre leur cause.
 

Au passage, l’histoire n’est pas oubliée sur les églises visibles ici ou là depuis le train comme la cathédrale de St Paul -Aurélien.
On retiendra cette traversée un peu avant du viaduc métallique de la Penzé (photo 8) qui permet justement de traverser la Penzé. Il mesure 219 m de long et nous sommes à 40 mètres de hauteur. Sa mise en service remonte à 1883 où à ses débuts il constituait le passage le plus en aval sur le Ria.
 

La voie est établie sur un tablier métallique à treillis de six mètres de hauteur reposant sur des maçonneries, trois piles élancées et deux imposantes culées Vu sa vétusté et pour des raisons de sécurité, nous le franchirons qu’à 30 km/h ; ce qui permettra tout de même de pouvoir le prendre en photo.

flot4.jpg

LE PORT DE ROSCOFF

 

Il est un peu plus de 12h30 que nous arrivons en gare de Roscoff. Il nous faudra passer du côté du port de commerce avant d’avoir à marcher sur plusieurs centaines de mètres sur le ponton pour retrouver notre vedette. Ce port jusqu’en 1700 fut florissant et plusieurs bateaux fréquentaient des ports lointains comme Amstrerdam, Gênes voire jusqu’à Terre-Neuve. Les guerres et l’insécurité des routes maritimes incitèrent les armateurs à délaisser leur négoce pour la guerre de course. Ils devinrent des corsaires au service de l’Etat.
 

Par la suite ce furent des flibustiers. Puis à partir de 1763, le port retrouva sa vitalité et des maisons de commerce dont plusieurs britanniques vinrent s’y établir. Les navires français comme étrangers débarquaient du vin, des eaux-de-vie, du bois pour fabriquer des tonneaux. Mais la fraude s’est mise en place car les droits d’entrée en Angleterre étaient élevés.
C’est ainsi que Roscoff est devenu un port de contrebande. Et ce trafic illicite mais très fructueux déclina à la suite du traité de commerce franco-anglais de 1786 qui allégea les taxes des spiritueux..

flot5.jpg

A BORD DE LA FLEUR DE BATZ



Place ensuite à la traversée en bateau pour rejoindre l’île de Batz. On la voit juste en face. Nous serons à bord de la Fleur de Batz. Il nous faudra à peine 15 minutes pour l’atteindre. La guide avant le débarcadère nous laissera quartier libre pour à peine 3 h pour aller découvrir comme on le souhaite cette île même si elle pouvait proposer à ceux qui le désire.
 

Je ne reviendrais pas sur cette île que je vous ai présentée en ce début juillet. Je rappellerais juste que vous pourrez découvrir son église Notre Dame De Bon Secours, son phare, le jardin Georges Delaselle, ou bien encore ses plages au caractère sauvage et authentique. Tout cela à pied ou pourquoi pas en vélo que l’on peut louer.
 

Même si je le rappelle, vous n’aurez que 3 h sur l’île, c’est assez peu mais l’excursion est loin d’être finie. Et ce sera encore plus sympa ensuite. Il ne faut pas dépasser l’heure fixée par la guide car c’est la même vedette qui nous ramènera mais pas à Roscoff.
Car au retour, c’est une grande balade maritime de près de 2 h qui vous attend. On repart en direction de Morlaix et de sa célèbre baie.

 

 


 

LA CROISIERE POUR FINIR

 

A 16h30, on embarque donc pour cette traversée. Heureusement, les vagues sont toujours aussi calmes. Et pour moi qui n’a pas le pied marin, tout va bien se passer pour photographier et même filmer par moments. Et puis j’ai pris en prévention des cachets.
 

Cette croisière malgré un ciel bien souvent gris sera toute aussi sympathique que le voyage de l’aller. Une fois de plus, la guide va remplir son job entre informations commerciales et touristiques sur tous les lieux que nous allons pouvoir croiser à bord de notre vedette.
 

Elle commencera tout d’abord pour évoquer l’histoire du port de Roscoff qui comme je l’ai dit a connu au 18e siècle ses heures de gloire. Et de nos jours, il a encore une place prépondérante dans la région. Puis ce sera au tour de croiser la route de la chapelle Sainte Barbe, de l’ilot Sainte Anne, de l’île Callot face à Carantec dont vous pouvez y faire le tour en ayant pris soin de bien vérifier les heures de marée car la route y sera totalement recouverte. La connaissant, je m’aperçois que le guide nous la présente dans ses moindres détails et ce avec une grande précision.
 

Nous apercevrons encore l’île Ricard, l’île Noire (photo 5) dont s’est inspiré Hergé dans l’un de ses livres sur les aventures de Tintin et l’île Louët (photo 3). Cette dernière île compte quatre bâtiments : le phare, une maison et deux dépendances. La maison est un gîte géré par l’office de tourisme de Carantec. Le phare de l'Île Louët s'y trouvant est automatisé.Il est possible d'y prendre une location pour un week end ou une semaine. Mais vous risquez de trouver le temps long car il n'y aura pas grand chose pour s'occuper, si ce n'est passer les journées à se reposer.
 

flot6.jpg

Au passage, on découvrira le château du Taureau (photo 4) qui peut se visiter mais hélas ce ne sera pas dans notre programme du jour. Ce château est situé sur la commune de Plouezoc’h juste avant d’entrer dans la baie de Morlaix et proche de Carantec. Il est classé monument historique depuis juillet 1914.
 

Il a été construit sur un ilot rocheux nommé Taureau dans le but de contrôler l’accès à la ville et d’obliger les navires à emprunter la seule passe possible qui est à l’ouest à portée de canon. Un premier fort qui comprendra une garnison de trente hommes est élevé au 16e siècle par les bourgeois de la ville ; ce sera une tour d’artillerie. Elle sera détruite et reconstruite en 1614. Le temps passe et Vauban dont le nom ressort fréquemment dans la plupart des forteresses de notre pays ne le trouve pas en bon état. Un projet de rénovation est mis en place et les premiers travaux commencent en 1689. Ils ne seront finis qu’en 1745.En 1811, 150 soldats occuperont ce fort. Plus près de nous, dans les années 80 le château est laissé à l’abandon.
 

La population va réagir pour sauver ce monument historique, symbole de la baie de Morlaix. Des travaux reprendront en l’an 200 et dureront six ans. Et c’est en 2006 qu’il rouvre pour des visites au public. Une belle sauvegarde de ce patrimoine qui assuma des fonctions de défense, de prison, de résidence secondaire dans les années 30 puis d’école e voile.
 

Après ses longues explications sur cette forteresse dont je vous passerez tous les détails, on progresse vers la baie de Morlaix. Et les eaux deviennent encore plus calmes quand on rentre plus en dedans au niveau de la rivière bordée de villas et châteaux pour arriver aux écluses du port de Morlaix (photo 7), lieu où s’achèvera notre périple.
 

Quelques informations encore sur le port ou les oiseaux vus ici ou là sur les berges de la rivière avant de débarquer avec des souvenirs plein la tête et le sentiment d'avoir passé une excellente journée qui valait le coup comme évoqué dans mon point de vue final ci-dessous.
 

flot7.jpg

CONCLUSION

 

C’est clair qu’avec un grand beau temps, j’aurais été véritablement sous le charme mais j’avoue tout de même que j’ai été tout comme le reste du groupe enchanté par cette journée variée de découvertes avec cette ville historique de Morlaix, de cette île de Batz et de cette croisière dans la baie pour le retour.
 

La période en train surtout complètement fermé est forcément moins attractive que le bateau mais la guide sait faire passer ce moment avec efficacité et accroche le groupe. Le concept est en tout cas vraiment original et ce genre-là mérite d’être développé dans d’autres régions pour d’autres découvertes.
 

Au départ, le prix de 26 euros par personne en groupes ( 32 euros en individuel) peut paraitre élevé mais au final cela reste raisonnable. Découvrir un peu plus la Bretagne au travers du train et du bateau est une idée enrichissante au point de vue de nos connaissances.
 

Nous sommes tombés sur une guide qui connait bien son job, sérieuse dans ses propos, qui a une passion pour la Bretagne. Cela se ressent. On ne la prendra guère en défaut. Et elle est très professionnelle. Elle n’hésitait pas régulièrement à nous demande si l’on avait des questions. Lors du retour, elle passait régulièrement dans le bateau pour voir si tout allait bien. On l’a questionné et là encore elle partait dans une conversation historique avec un menu détail. Elle sait captiver les touristes et chacun l’écoute avec sérieux.
 

Cette conférencière distille beaucoup d’informations en tous genres aussi bien techniques qu’animalières, que culturelles, géographiques, économiques notamment pour le port de Roscoff, sans compter bien sûr de nombreuses anecdotes et tout cela sans trop gaver. On l'écoute avec un grand intérêt. Il y a des moments où elle n’intervient pas, permettant ainsi à chacun de profiter tranquillement du paysage.
 

Il va de soi que je vous conseille si vous êtes dans cette région de profiter de cette excellente balade accompagnée avec cette jolie baie de Morlaix et tous ces îlots environnants. C’est une journée qui passe vite mais qui est sympathique et ce dès le départ avec la flânerie dans les rues de Morlaix.
 

Il y a suffisamment de temps devant nous pour pouvoir prendre des photos et profiter des différents points de vue. Ce n’est pas la course au chrono comme dans les voyages organisés. Même si ici tout est minuté aussi mais un timing moins serré. Et le pilote de la vedette va à un rythme qui facilitera tout cela. Tout est parfait. Je pourrais juste regretter que nous n’ayons pas fait la visite de la ville de Roscoff qui avait l’air d’être intéressante également. Ce sera ainsi l’occasion de revenir dans cette belle région !.

 

flot8.jpg

 


 



Nos vidéos Youtube
Retrouvez toutes nos vidéos Youtube tournées en France
Tests refuges - Gîtes
Météo - Environnement
Tests hôtels - restos
Loisirs
Les chroniques nature