Vous êtes ici :   Accueil » Le bouquetin
 
Randos Rhône Alpes
Randos raquettes
Départements voisins
Découvertes régionales
Escapades
Patrimoine
Gastronomie
 

Un ruminant bien représenté dans les Alpes

Le bouquetin, ruminant et issu de la sous-famille des caprins, fait partie des animaux sauvages que l’on a le plus de chances de croiser sur nos chemins de randonnées dans les Alpes. Si dans le courant du 20e siècle, cet animal n’était plus présent en France que dans la Maurienne en petites quantités (60 individus), depuis les choses ont bien changé notamment en raison des réintroductions entreprises et par le fait qu’un arrêté ministériel depuis 1981 le protège entièrement sur tout notre territoire. Ainsi, désormais, les effectifs dans les Alpes françaises sont remontés et estimés à près de 10 000 où l’espèce se retrouve de nouveau dans la quasi-totalité de son ancienne aire de répartition mais de façon très discontinue. Le mâle peut mesurer au garrot jusqu’à 90 cm et le poids variable suivant les saisons, entre 65 et 100 kilos. Les cornes n’apparaissent que trois mois après la naissance. Elles grandiront tout au long de la vie de l’animal. A l’âge adulte, celles-ci peuvent parfois mesurer près d’un mètre chez le mâle pour un poids atteignant les 6 kilos par paire. La femelle également appelée étagne présente des chiffres un peu moins hauts, avec un poids variant de 35 à 50 kilos et ses cornes sont beaucoup plus courtes, ne dépassant guère les 25 cm. Contrairement aux idées reçues, les nodosités des cornes des bouquetins mâles ne permettent pas de calculer leur âge mais de suivre essentiellement l’évolution de la croissance de l’animal. Chez les individus non adultes, les cabris, ce sont la taille et le diamètre des cornes que l’on peut prendre en compte. En deçà de 15 centimètres, on parle de cabri et il est alors impossible de déterminer le sexe de l'individu alors âgé de moins d'un an. Au-delà de quinze centimètres, chez les individus mâles, l'âge peut être évalué en fonction de ces fameuses longueurs. Si les cornes dépassent les 60 cm, on estime que l’animal a plus de 5 ans. Chez les femelles avec la taille des cornes nettement plus faible, il est plus difficile d’apprécier l’âge. Le pelage du bouquetin évolue suivant les saisons. L’hiver, il aura une fourrure à poils longs, lui permettant de faire face aux rigueurs. Son large sabot renflé au niveau du talon lui permet d’être très agile sur des parois rocheuses. Si le besoin s’en fait sentir, il peut galoper et atteindre une vitesse de près de 70 km/h. Animal des  hautes montagnes, on peut le rencontrer suivant les périodes de l’année assez bas, dès 500 m et ce jusqu’à 3000 m d’altitude ; l’hiver les poussant parfois à descendre très bas dans les vallées pour se nourrir. Il ne craint pas la présence de l’homme et n’hésite pas à quémander un graillon à un mètre parfois comme j’avais pu le constater au somment du Grand Veymont. Essentiellement diurne, le bouquetin est herbivore et boit très peu. Il peut manger en pleine saison jusqu’à 20 kilos par jour de graminées, arbustes et autres légumineuses. Durant l’hiver en raison des conditions climatiques, il descend des hauts alpages et se rabat sur de la végétation composée de mousses et de lichens. Il faut aussi savoir que le bouquetin est polygame et le mâle peut se reproduire jusqu’à l’âge de 17 ans, jusqu’à 15 ans pour la femelle. L’accouplement a lieu entre décembre et février et la mise bas d’un seul petit a lieu en début d’été après 170 jours de gestation. Le jeune qui tient debout dès sa naissance sera allaité par sa mère durant trois mois.




Nos vidéos Youtube
Retrouvez toutes nos vidéos Youtube tournées en France
Tests refuges - Gîtes
Météo - Environnement
Tests hôtels - restos
Loisirs
Les chroniques nature